Céline Aulit – Un savoir vide qui mène au pire

#

Un siècle après les découvertes de Freud qui repérait dans l’hystérie « un manque de correspondance entre le soma et l’être » comme le relève Emilia Cece, nous voilà, sous le couvert d’avancées scientifiques, replongés dans cette conception de l’humain régie par les explications neuronales. France Jaigu, en commentant le très beau film, Still Alice, nous démontre à quel point ce savoir est vide.

La Belgique, depuis quelques temps déjà, nous offre l’horizon de ces illusions scientifiques. En niant l’existence d’une vie psychique, nombre de personnes ne trouvent plus d’endroit où déployer leur mode de jouir comme le relève Deborah Gutermann-Jacquet. En refusant le protocole de soins prescrit par l’expert, ces sujets n’ont du même coup plus la possibilité de s’inscrire dans l’expérience où peut se loger un non-su, selon la distinction que fait Jacques-Alain Miller. [1]

Leur reste alors le droit à l’information : l’euthanasie, réglée en trois rencontres avec des médecins experts, leur permettra d’abréger leurs souffrances psychiques.

Ça se passe en Belgique en 2019.

[1] Miller, J.-A., « Les contre-indications au traitement psychanalytique », Mental n°5, juillet 1998, p. 13.

Print Friendly, PDF & Email

This post is also available in: Anglais Italien Espagnol