Patrick Paquier – Contingence ?

#

Quatre jours après Pipol 9 aura lieu à Bruxelles le 20e congrès de la Société Internationale de Neuropsychanalyse.

Après le dialogue manqué entre André Green et Jean Pierre Changeux à la fin des années 1980, Eric Kandel publiait, en 1998 et 1999 dans l’American Journal of Psychiatry, deux articles invitant la psychanalyse à se rapprocher des neurosciences. Il allait jusqu’à dire que la psychanalyse « reste la vision du fonctionnement mental la plus cohérente et la plus satisfaisante sur le plan intellectuel » [1].

Rappelons qu’E. Kandel a obtenu le prix Nobel de physiologie et de médecine pour ses travaux sur l’aplysie – un mollusque marin – qui lui ont permis de découvrir le mécanisme de la potentialisation à long terme, support de la mémoire à l’échelle synaptique.

Fort de ce prix Nobel, E. Kandel contribuera au développement de la neuropsychanalyse alors jusque-là aux mains de quelques new-yorkais du Neuroscience and psychoanalysis Study Group depuis les années 1990 [2].

La Société Internationale de Neuropsychanalyse est fondée en 2000. À partir de cette date, il va s’agir d’un véritable engouement éditorial avec la création de la revue Neuropsychoanalysis, organe officiel de la Société, et la sortie de nombreux ouvrages.

Les membres de la Société Internationale de Neuropsychanalyse s’intéressent aux idées de Freud. Ils élaborent ce qu’E. Kandel nomme un nouveau cadre intellectuel pour la psychiatrie, la psychanalyse étant considérée comme un mode de traitement psychothérapeutique au sein même de la psychiatrie.

Ces neuroscientifiques considèrent les constructions freudiennes comme un gabarit sur lequel les données nouvelles peuvent être arrangées de façon cohérente. Ils disent apporter des preuves à certaines des théories de Freud en explorant les mécanismes sous-jacents aux processus mentaux qu’il a décrits [3].

Nombre de leurs découvertes sont effectuées chez des sujets atteints de maladies neurologiques ou cérébrolésés. Ainsi ils remarquent que certains patients sont incapables de se souvenir consciemment d’événements qu’ils ont vécus parce que des structures cérébrales indispensables à la formation de souvenirs ont été lésées ; pourtant, ils sont influencés par ces événements qu’ils ne semblent pas avoir mémorisés.

Aussi, ils identifient des systèmes de mémoires non-conscients intervenant dans l’apprentissage des émotions. En 1996, Joseph Ledoux de l’université de New York a démontré que ce système de mémoire non-conscient se situait sous le cortex conscient et était constitué d’un circuit neuronal reliant les informations sensorielles aux structures cérébrales primitives responsables des réactions de peur, sans passer par l’hippocampe qui est le siège des souvenirs conscients.

À lire ces auteurs, nous remarquons rapidement que « les preuves » sont basées sur un inconscient décrit comme un système de mémoire non-conscient. Ces chercheurs pensent ainsi confirmer l’inconscient freudien en confirmant l’existence et le rôle essentiel du traitement mental non-conscient.

Si ce développement outre-Atlantique de la neuropsychanalyse qui a envahi rapidement notre vieux continent ne s’est pas fait sans le soutien de quelques psychanalystes de la Société Américaine de Psychanalyse qui semblent avoir vu là un moyen pour relancer leur propre discipline, nombreux sont les psychanalystes à avoir émis des réserves aux positions adoptées par E. Kandel qui suggère que la psychanalyse peut être expliquée et comprise par les neurosciences.

[1] Kandel E.R., « Biology and the future of Psychoanalysis : A New Intellectual Framework for Psychiatry Revisited », Am J Psychiatry 156:4, April 1999, p. 505.

https://ajp.psychiatryonline.org/doi/pdf/10.1176/ajp.156.4.505

[2] Vercueil L., « La neuropsychanalyse, un ”faux-nez” pour la psychanalyse ? », SPS, no 293, hors série Psychanalyse, décembre 2010. https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1547

[3] Solms M., « Psychanalyse et neuroscience », Pour la science, no 324, octobre 2004. https://www.pourlascience.fr/sd/neurosciences/psychanalyse-et-neurosciences-1413.php

 

Print Friendly