Anguel Anguelov -Les enfants à besoins éducatifs particuliers : entre la rectification forcée des pratiques et la singularité de chacun

#

Dans ce texte, j’interrogerai, à partir de ma pratique comme psychologue scolaire et de l’argument du PIPOL 9 [1] la manière dont les enfants à besoins éducatifs particuliers sont évalués en Bulgarie.

Selon la définition de la loi bulgare sur l’éducation préscolaire et scolaire [2] et la réglementation sur l’éducation inclusive [3], les besoins éducatifs particuliers (BEP) sont les besoins éducatifs d’un enfant qui pourraient apparaître à cause de problèmes de comportement, d’émotions, de cognitions, etc. Pour obtenir le statut « BEP » – peu importe pourquoi c’est nécessaire –, l’enfant doit passer par une procédure d’évaluation. Celle-ci est exécutée par le biais des méthodes neuropsychologiques. Il s’agit des tests pour mesurer les aptitudes cognitives, rassemblées dans une méthodologie officielle, « standardisée » et obligatoire.

Voici deux brefs exemples pour illustrer comment, en fait, cette méthodologie opère et qui pose la question suivante : comment concilier d’un côté suivre les exigences administratives et d’un autre,  respecter le choix, la décision et le désir du sujet ? La première vignette présente un enfant autiste âgé de dix ans. Il ne parle pas ; il produit surtout des sons incompréhensibles. Selon la méthodologie, cet enfant devrait faire des tests cognitifs et exécuter certains exercices comme celui de toucher son oeil droit avec son bras gauche. J’ai suivi la méthodologie et j’ai essayé de lui expliquer toutes ces activités mais ne permettait de savoir s’il avait comprit, s’il avait entendu ou s’il avait trouvé un intérêt quelconque.

Le deuxième cas est celui d’un enfant, âgé de cinq ans, qui est très impatient et ne peut pas participer aux activités de son groupe préscolaire. Il se cache dans les armoires, il dessine, il joue, etc. Dans mon cabinet cet enfant s’intéresse à beaucoup de choses: le radiateur, les meubles, etc. Il est très actif et ne cesse pas de s’engager aux activités différentes. Mais, à cause des exigences administratives, j’ai dû lui proposer de faire quelques testsIl les a presque tous refusés et j’ai accepté sa décision. j’avais assez pour écrire le rapport qui avait été exigé par l’administration.

Ces dernières années, cette méthodologie a été appliquée dans tous les cas « BEP » en Bulgarie. Maintenant elle s’est modifiée un peu : les enfants « BEP » sont divisés en deux catégories – verbales et non-verbales. Pour les enfants de la catégorie « verbale » la méthodologie est restée la même. Les enfants de la catégorie « non-verbales » ne sont plus obligés de faire de tests d’attention. Ils sont obligés de faire autre choses selon une autre méthodologie qui a été créé spécialement pour eux.

Enfin, comme dans le cas des systèmes d’exploitation Windows, les psychologues scolaires en Bulgarie sont promis par le Ministère d’éducation à une nouvelle méthodologie – meilleure et différente. Tous les spécialistes seront entraînés et obligés de l’utiliser et beaucoup espèrent que que ces dernières seront encore meilleures que les précédentes …

Pour conclure, certes cette méthodologie est peut-être importante pour les buts administratifs mais, par rapport à l’inconscient, la jouissance et le désir, toujours singuliers, elle n’a rien à partager.

[1] Yves Vanderveken, L’argument du 5e Congrès de l’EuroFédération de Psychanalyse PIPOL 9, https://www.pipol9.eu/largument-du-congres-pipol9/

[2] Loi du 30 septembre 2015 sur l’éducation préscolaire et scolaire (version bulgare) http://mon.bg/bg/57

[3] Réglementation du 26 janvier 2018 sur l’éducation inclusive en Bulgarie (version bulgare), https://www.mon.bg/bg/100380

Print Friendly, PDF & Email