Appel à contributions

Appel à contributions
Pour la journée clinique
(simultanées)
de PIPOL 9

Date limite : le 25 mars 2019 

D’Europe et au-delà, praticiens de la psychanalyse ou s’orientant de son éthique, vous qui travaillez en cabinet, en centre de consultations, en institution de soins ou dans le champ large du secteur de l’humain qui se fonde des pratiques de la parole, PIPOL 9 vous invite à venir présenter votre pratique clinique et les effets qui en découlent.

Vous qui faites l’hypothèse de l’inconscient – au vrai sens psychanalytique du terme –, vous qui pensez que la dimension du transfert est essentielle à la relation thérapeutique, vous qui savez quelque chose des effets de la pulsion, nous vous attendons.

Le cerveau, par le biais des neurosciences, délivre petit à petit quelques secrets de son fonctionnement biochimique jusqu’il y a peu inconnu. Nul ne les ignore. Néanmoins, quand le cognitivisme se noue aux neurosciences pour s’emparer du champ de la psyché, c’est un nouveau paradigme réductionniste de l’humain qui surgit.

Réduisant le psychique à un double de l’organique, les affects à des processus chimiques, le cerveau à une machine à traiter de l’information, l’inconscient aux processus non conscients, tout en isolant des symptômes par séries statistiques et les ravalant au rang de biais cognitifs, la dimension de ce que nous appelons le sujet se trouve éradiquée du parlêtre – c’est ainsi que Jacques Lacan qualifiait l’espèce humaine.

Les nouveaux outils de la technique, l’imagerie médicale, le développement de l’intelligence artificielle, Big Data et la puissance de calcul des algorithmes ont un impact grandissant sur la vie. De nouvelles perspectives s’ouvrent. Elles produisent, aussi, de nouvelles aliénations.

S’imposant dans le champ dit de la santé mentale, autant qu’à ce qui se qualifiait de sciences humaines, se fonde alors un discours sur l’humain sans au-delà, réduisant les pouvoirs de la parole à la suggestion et aux méthodes de conditionnement. Coachings, remédiations cognitives, méthodes correctives, pédagogies intensives, développement de la pleine conscience, circuits de soins protocolisés rapides et imposés, sont là comme autant de promesses de lendemains qui chantent, d’efficacité et de potentialité augmentées, toujours plus au service de la production devenue le signifiant-maître de la civilisation.

La psychanalyse isole la dimension de révolte du symptôme contre le réductionnisme de cette part de l’humain qui ne se laisse mesurer, qui insiste et réitère d’autant plus à mesure que l’on n’en veut rien savoir. Lacan l’épinglait comme objet a.

De nouveaux symptômes voient le jour. Ils sont autant de réponses, de protestations qui démontrent l’impossible identité de soi à soi, les impasses de la maitrise, de l’autogestion des émotions, de la pensée, du stress, de l’angoisse et du trauma.

L’orientation analytique sait la surdétermination de ces symptômes par les effets de la parole sur le corps. L’inconscient n’est pas une mémoire déjà là, non consciente. Il est le surgissement, dans le moment-même, de signes de ce réel qui ne relève pas de l’organisme ; signes qui témoignent de ce qui dans sa propre conduite ou intention échappe au Moi et aux identifications du sujet, là où il peine à se reconnaître identique à lui-même.

Les interventions des simultanées de PIPOL 9 témoigneront, à partir de cas cliniques, des pratiques fondées sur l’hypothèse de l’inconscient – là où l’administration, séduite dans sa mission de gestion des populations, force désormais à embrasser ces pratiques réductionnistes et vise à étrangler, en les rendant impossibles, toutes pratiques qui revendiquent de s’en maintenir à l’écart.

Exposant nos preuves, non par séries statistiques ou gestion globale, mais au un par un, nous produirons là in vivo une contre-expertise qui se situera, elle, à l’heure du sujet.

Yves Vanderveken,
Directeur du congrès

Catherine Lacaze-Paule,
Responsable de la journée clinique (simultanées)

Vous pouvez dès maintenant adresser jusqu’au 25 mars 2019, minuit au plus tard, votre proposition de texte complet, aux adresses suivantes : lacazepaule@gmail.com et  yves.vanderveken@icloud.com 

Il peut nous être adressé soit en français, soit en anglais, en italien ou en espagnol.
Pour être pris en considération, merci de suivre les indications suivantes :
7500 signes espaces compris,
Format Word, police de caractères Arial 12, espacement interlignes de 1,5.
Nom du fichier : NOM-LANGUE (par exemple : DUPONT-FRANÇAIS)
En haut de la première page, centrés : Titre du texte et en dessous vos nom et prénom, et région de travail.

Conditionnement et désir – Médicalisation et psychiatrie – Neuro ou sujet - Corps et organisme - Mémoire en neuroscience et mémoire en psychanalyse - Trouble ou symptôme - Inconscient ou cerveau - Pulsion ou craving – Pédagogie ou sinthomisation - L’enfant, l’adolescent ou l’adulte… 

Nous renvoyons aussi à l’argument https://www.pipol9.eu/largument-du-congres-pipol9/ et les rubriques du blog peuvent donner une idée de quelques axes de travail possibles https://www.pipol9.eu

Print Friendly

This post is also available in: Anglais Italien Espagnol